« Pourquoi statistiques et infos fiables ? »

Les médias, que ce soit sur la toile ou par le biais de reportages à la télévision, ont toujours une grande influence sur l’opinion des internautes ou téléspectateurs qui prennent pour argent comptant ce qu’ils peuvent voir et entendre…

Le reportage :

Ainsi l’ensemble des membres des « sentinelles de l’immobilier de Béziers » ont pu s’indigner en visionnant le passage d’un reportage (Logement, à qui profite la crise ? dans l’émission « Le monde en face », diffusée sur France 5) traitant dans une première partie de la « Loi ALUR » (Loi sur le plafonnement des loyers), trop souvent détournée, puis en deuxième partie, de la spéculation qui semble s’installer autour des logements défiscalisés.

Les faits exposés :

C’est dans cette seconde partie du reportage que « Béziers » est littéralement dénoncée comme l’une des villes où les professionnels de l’immobilier (promoteurs, agents immobiliers…) auraient inconsciemment profité de ces avantages fiscaux proposés par l’état (Loi De Robien en particulier) pour y construire un nombre démesuré de logements à loyers modérés dans une ville où la demande est décrite comme « faible, entraînant une forte absence de locataires et, par conséquent, des investisseurs leurrés, abusés voir ruinés… ».

La démonstration :

Afin de faire cette démonstration, les journalistes ne s’appuieront que sur un seul professionnel du secteur (M. Vincent THIEULE), représentant de la société Progest et Vice-président de la FNAIM, qui présentera Béziers comme une ville où, par abus d’utilisation de la « loi De Robien », un grand nombre d’immeubles ont été édifiés dans des zones où la demande est faible et les logements vides.

La vérité :

Pourquoi une telle indignation des membres des « sentinelles de l’immobilier » ?

Composées de professionnels de l’immobilier de tous secteurs (gestionnaires, promoteurs et agents immobiliers) officiants sur la Ville de Béziers et son agglomération depuis de nombreuses années, les sentinelles sont unanimes pour présenter Béziers comme une ville en croissance démographique où la demande en location à loyers modérés est toujours forte aujourd’hui.
Pour preuve, un quartier (La Courondelle) est montré comme une cité dortoir, déserte, un « Eldorado » des promoteurs locaux et nationaux qui auraient abusés de cette Loi pour y construire des résidences qui ne trouveront jamais de locataires et iront ruiner les investisseurs abusés. Or il se trouve qu’un grand nombre des résidences évoquées dans ce reportage sont gérées par un des membres des sentinelles, et il est en mesure de démontrer que toutes sont louées de 96 à 100% (chiffres CLC-Gestion actuels, à l’appui).

De plus, ayant la curiosité de connaître les raisons de cette « désinformation » exposée par notre confrère M. Vincent Thieule dans ce reportage, nous avons pu le contacter et obtenir son édifiant témoignage :

A l’attention des sentinelles de l’immobilier :
« Messieurs,
Je tenais à m’exprimer au sujet de la diffusion de mon interview mercredi 13 septembre sur France 5 dans l’émission le monde en face.
En septembre 2016 la journaliste Victoria Kopiloff a demandé à la FNAIM de lui trouver une agence de Béziers pour évoquer les mauvais effets de la loi Scellier.
En tant que vice-président de la FNAIM j’ai pris mes responsabilités et répondu favorablement à leur demande : interview téléphonique dans laquelle la journaliste ne parle que de loi Scellier, j’ai répondu en illustrant par les chiffres de l’observatoire des loyers qui montraient un nombre de permis de construire en forte hausse en 2010/2011 entrainant une sur-offre locative en 2012-2013, puis un retour à la normale en 2015.
Cela s’est confirmé lors du tournage en février 2017 où je reprenais les graphiques de l’Observatoire jusqu’à aujourd’hui.
Sentant que le reportage pouvait virer à une enquête à charge contre Béziers j’ai tenu à les emmener sur un logement caricatural des mauvaise construction sous la loi Scellier en 2010. Je déplore qu’à la diffusion a été coupée toute la partie où j’illustre le besoin moyen en logement nécessaire sur une zone à forte croissance démographique et les bons chiffres de remplissage des programmes neufs livrés depuis 2015.
Le titre même de l’émission avait changé en « méfait de la loi Pinel », alors que jamais la journaliste n’avait parlé de Pinel dans ses interviews.
Le bilan de cette diffusion permet tout de même de défendre les construction réalisées par des Promoteurs locaux, bien implantés et connaissant parfaitement leur marché face à cet appartement que j’ai montré dans l’émission dont l’emplacement, la qualité de construction sont l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire.
Je partage mes données avec l’ADIL depuis de nombreuses années et je constate que concernant les logements construits après 2005 on a un délais de relocation équivalent à celui de la zone de Montpellier. Il serait catastrophique de voir la Zone de Béziers sortir du périmètre de la future loi de défiscalisation.
Cordialement,

Vincent Thieule (PROGEST) »

En conclusion :

Par nos analyses, explications et démonstrations faites sur ce site, vous pourrez vous rendre compte de la réalité du marché immobilier sur la ville de Béziers.

Comme vous le savez, parfois certains journalistes déforment volontairement la réalité des faits pour servir le catastrophisme qui fait vendre…

Pour conforter nos propos, vous trouverez ci-après un article du journal local “Midi Libre” qui, 10 jours après le reportage de France 5, valide le fort besoin de logements sur Béziers :